Allemagne: un médecin dénonce « Ce sont des touristes du médical, 50% des réfugiés réclament du Viagra, de nouvelles dents, de nouvelles hanches… »

médecin

Un médecin en Bavière a maintenant quitté son emploi dans un centre pour réfugiés. Il en avait marre de traiter les demandeurs d'asile qui sont toujours davantage des touristes du médical. Comme il l'a dit au site d'informations Zeit: "Il y a des gens qui viennent ici et qui veulent du Viagra."

Nouvelle dentition ou hanche artificielle

Certains, qui prétendant être requérants d'asile, ont demandé une nouvelle prothèse ou une nouvelle hanche artificielle. Ils arrivaient « normalement » dans la salle de traitement (Nd Schwarze Rose: Rien ne laissait présager qu'ils étaient souffrants.) puis se plaignaient d'une douleur intense, pour laquelle ils avaient urgemment besoin d'analgésiques.

Cinquante pour cent des réfugiés font des demandes de ce genre, estime le médecin, qui a arrêté son travail dans le centre pour réfugiés de Deggendorf à la suite de tels incidents.

Les réfugiés ne sont ni menacés par la guerre ni par la persécution

Là où il soignait autrefois des blessés et des enfants émaciés, il est maintenant harcelé par des touristes du médical à la recherche d'une nouvelle hanche. Le centre de Deggendorf accueille des demandeurs d'asile originaires de Sierra Leone et d'Azerbaïdjan. Ils ne sont menacés ni par la guerre ni par la persécution.

Le médecin n'a pas voulu divulguer son nom aux médias, pas dans cette société excitée dans laquelle il a l'impression que personne n'écoute l'autre, surtout quand il s'agit de réfugiés.

Dossier médical parfait provenant leur pays natal

Les gens qui se prétendent demandeurs d'asile, mais qui sont en vérité des touristes du médical, seraient au courant à quel point les procédures sont lentes ici (Nd Christian Hofer: Le médecin fait sans doute référence à la lenteur des procédures d'asile qui leur permet de rester et de se faire soigner pendant le temps du traitement administratif de la demande), "et ils croient que dans l'intervalle ils peuvent se faire traiter par des spécialistes allemands", raconte le médecin au journal "Die Zeit".

Les requérants d'asile auraient fourni des dossiers médicaux détaillés et parfaitement entretenus provenant de leur pays natal, puis exigeraient une nouvelle hanche ou une opération pour un disque intervertébral.

Menacé avec un couteau

Lorsqu'on leur refusait ce traitement, certains seraient même devenus agressifs: un patient a jeté une chaise sur l'un de ses collègues et l'a menacé avec un couteau deux jours plus tard.

 

Source Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

Nos remerciements à Marylin 

Rappels:

Autriche. Un ex-bénévole déclare: « Les réfugiés demandaient des articles de marque. Ils obtenaient tous les soins médicaux. Un Turc m’a lancé que bientôt ils commanderaient ici. »

 

12 commentaires

  1. Posté par Jean-Francois Morf le

    @Françoise
    J’avais aussi une occlusion intestinale (boyau coincé) effet secondaire d’une opération. Les docteurs ne savaient pas quoi faire. Ma femme m’a apporté du Fernet Branca, mon boyau a rigolé, et tout est revenu immédiatement en ordre. L’hôpital n’avait aucun alcool digestif en stock, même pas à la cafétéria. A croire qu’on est déjà en terre d’islam!

  2. Posté par Antoine le

    @M. Maillard : Il serait temps se séparer les coûts des migrants/immigrés des coûts de la santé des personnes vivants en Suisse et qui paient des primes exorbitantes à leurs assurances !!
    On exige de la transparence des coûts réels de l’invasion massive et du tourisme médical !

  3. Posté par leone le

    @Françoise
    Depuis quelques mois je me rends souvent à l’Insel Spital de Berne pour un traitement ambulatoire. En salle d’attente je me demande dans quel pays je suis.
    En tant que Suisse-romand soit j’ai affaire à un médecin parlant français soit je me démerde en allemand qui n’est pas ma langue alors qu’il y a des personnes qui ne parlent aucun mot d’aucune langue nationale qu’on vient chercher avec un traducteur.

  4. Posté par Placebo le

    Je connais un médecin travaillant au Chuv et me disant avoir affaire, par la force des choses, à des envahisseurs. Pour ma part, si j’étais médecin, je refuserais de les soigner, quelles que soient les conséquences (J’irais dans le privé). En effet, je refuserais d’être un collabo, de voler mes concitoyens et, plus généralement, de contribuer à détruire mon pays.

  5. Posté par Thomas le

    Et dire que dans les Grisons,ils ont laissé un suisse mourir du sida,parce qu’il ne pouvait plus payer ses franchises…ce monsieur était sur leur putain de liste noire et ils l’ont laissé crevé…HONTE ET REVOLUTION!!!!!!!

  6. Posté par Marylin le

    MERCI Schwarze Rose et Hofer Christian pour le temps que vous prenez à traduire tous les textes que vous recevez!
    Ça me fait penser, qu’avant de partir pour quelques jours en terres fribourgeoises, je participe financièrement au site! Merci

  7. Posté par hausman conrad le

    Pourquoi s’en plaindre ? En Suisse aussi des services de l’ état donnent toutes les indications aux envahisseurs afin qu’ ils connaissent leurs « droits » etc. et comment mendier au social…Devoirs = Aucun !

  8. Posté par Francoise le

    Hospitalisée il y a peu de temps pour une lourde opération j’ai pu constater:
    a) la baisse du niveau des soins en Allemagne (Nous en serons bientôt au niveau du tiers-monde) dûe à l’énorme pénurie de personnel. J’ai été en dix jours victime de trois erreures médicales ( suppression de ma pompe à analgésique après trois jours -ce qui est standard- mais oubli du traitement oral. Occlusion intestinale daignostiquée « crise d’angoisse » et traitement anti-douleur oral contre-indiqué parce qu’il faisait baisser mon taux de leucocytes déjà inférieur à la normal, donc brusquement supprimé, mais sans ersatz. Pour faire bref, traitement de la douleur fantaisiste et inconstant.
    b) L’invasion du coin « famille » de l’étage (une jolie petite pièce avec tables et chaises pour boire un café avec les visiteurs) par des bandes de braillards (8 à dix visiteurs pour un malade qui donne l’impression de n’avoir subi qu’une toute petite intervention dans le service ORL -pansement sur le nez ou l’oreille-). Pour que vous compreniez bien, je dois préciser qu’une moitié de l’étage correspond au service de chirurgie thoracique et que l’autre moitié correspond au service ORL.
    Ces gens se servent généreusement et sans vergogne de tout ce qui semble être gratuit (coupe de fruits par exemple) et refusent de respecter les heures de visite.
    c) et dans toutes les salles d’attente des différents lieux d’examens, des femmes accompagnées de leur marmaille remuante et bruyante et d’un homme, et qui font un cinéma pas possible: elles s’appuient sur la rampe comme si elles étaient sur le point de défaillir, elles s’asseyent précautionneusement avec des grimaces éloquentes etc, afin que tous sachent à quel point elles souffrent… C’est agaçant quand on se sait soi-même très malade, que la douleur est presqu’insupportable, mais qu’on a été éduqué à ne pas se plaindre.
    d) des grosses femmes voilées qui s’interpellent d’un bout du couloir à l’autre comme si elles étaient au marché et non qu’elles traversent un service de chirurgie thoracique qui accueille quotidiennement des malades fraîchement sortis des soins intensifs ou/et encore vaseux à cause de l’anesthésie.

    Les infirmières de nuit nous confient qu’elles ont peur parce qu’elles sont seules et que les agressions ne sont pas rares. L’une m’a racontée qu’elle avait été aux prises avec un homme (un étranger au service) qui exigeait d’elle ce qu’elle ne pouvait pas donner et qui commençait à se montrer violent. Ele a été sauvée par des malades qui, heureusement, pouvaient sortir de leur lit, et qui sont malgré leur état courageusement intervenus pour faire fuire l’importun.
    J’ai entendu dire qu’il y avait maintenant des vigiles jour et nuit en pédiatrie pour protéger les personnel soignant des pères exigeants et violents.

  9. Posté par Jean-Francois Morf le

    Mais au monde d’où provient la hausse monumentale des primes d’assurance maladie pour les chrétiens qui sont les dindons de la farce, les chrétiens cochons de payants?
    On offre tout aux musulmans: hôtels, restaurants, médecins, hôpitaux, transplantations…
    L’EI assassine-t-il des chrétiens pour fournir les organes commandés par les mahométans?
    http://www.eutimes.net/2018/05/orban-declares-end-of-liberal-democracy-in-hungary-vows-to-fight-for-christian-values/

  10. Posté par kitty le

    Aux faux malades, on donne de faux médicaments : 1 comprimé de n’importe quoi enrobé de n’importe quoi en leur disant qu’ils vont bien vite sentir la différence.

  11. Posté par Tristan le

    Et qu’en est-il en Suisse ?
    Est-ce que la loi interdit les transplantations aux personnes sans titre de séjour (asile y compris) et les opérations qui ne sont pas urgentes (type hanche, etc.). Est-ce que nos politiciens auraient, cette fois, anticipé le coup ?
    Ah, bien sûr que non, on paie même avec nos impots un joli site internet pour leur expliquer leurs « droits »:
    http://www.sante-sans-papiers.ch/FR/index.html

  12. Posté par Mains propres le

    Un conseil aux « soignants » : soignez ceux qui en ont besoin si vous le voulez , pour les autres mettez de solides laxatifs à la place du viagra (par exemple) ; d’autres idées ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.