Comment Facebook emploie ses médias favoris pour débusquer des fake news sur son réseau

post_thumb_default

 

Le sujet des fake news est actuellement sur toutes les lèvres, en particulier depuis que le président Emmanuel Macron a réaffirmé sa volonté de les traquer grâce à une nouvelle loi. En revanche, on évoque moins les méthodes que déploie Facebook, leur principal diffuseur, pour contrôler la validité de ces informations. En France, huit médias «partenaires» sont chargés par le géant d'internet, depuis février 2017, de les passer en revue et d'épingler celles d'entre elles qui se révéleraient fausses : Le Monde, l’Agence France-Presse (AFP), BFMTV, France Télévisions, France Médias Monde, L’ExpressLibération et 20 Minutes

Le Canard Enchaîné, dans son édition du 4 janvier, insiste particulièrement sur les rapports entre Facebook et le journal Le Monde. Le 2 février dernier, le quotidien avait annoncé dans ses pages avoir rejoint l’initiative de contrôle des fake news mis en place par le réseau social, après quelques hésitations. «Le modèle proposé par le réseau social ne revient-il pas à faire à sa place le travail de chasse aux fake news ? L’accepter, n’est-ce pas permettre à un Facebook sous pression de montrer patte blanche et faciliter sa communication ?», était-il écrit dans l'article du palmipède. Le quotidien a vite tranché, justifiant : «Le pragmatisme l’a emporté.»

En guise de pragmatisme, l’hebdomadaire satirique rappelle que Julien Codorniou, le vice-président de Facebook chargé des partenariats, est aussi membre du conseil de surveillance... du Monde. L’hebdomadaire satirique révèle par ailleurs que les journalistes du journal du soir, au départ bénévoles, seraient désormais les prestataires de Facebook. Car, après la phase d’expérimentation durant laquelle le concours des médias pour traquer les fake-news était gratuit, le réseau social aurait proposé de payer. «Ils sont revenus vers nous en disant qu’ils allaient rémunérer notre travail», a confié au Canard Enchaîné un journaliste de l’Express. Un fait également confirmé dans un tweet par l'équipe anti fake news de Libération, LibéDésintox.

S'il est légitime de rémunérer une tâche, ces émoluments renforcent de fait la collusion entre Facebook et ces médias. En outre, certains d'entre eux, comme LCI ou Le Figarosont grassement rémunérés par le géant américain pour diffuser des Facebook lives et des vidéos. Ces médias peuvent-ils garder leur indépendance vis-à-vis du réseau social qui les finance ? Et ne sont-ils pas susceptibles d’être traités avec complaisance par leur partenaire s'ils étaient eux-mêmes auteurs d'informations mensongères ?

Cette question reste entière au moment ou le réseau social, fort de ses plus de deux milliards d'inscrits sur la planète, ne parvient pas à assurer une gestion et une neutralisation efficace des fausses informations. Un véritable malaise qui a conduit Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, à en référer dans ses vœux publiés traditionnellement sur sa page chaque année. «Mon défi personnel pour 2018 est de me concentrer sur la résolution de ces questions importantes. Nous n'empêcherons pas toutes les erreurs et tous les détournements de Facebook, mais nous faisons à l'heure actuelle trop d'erreurs pour ce qui est de faire respecter nos règles d'utilisation et d'empêcher les mauvais usages de nos outils», a-t-il écrit.

Lire aussi : «Fake news»? : une journaliste rappelle que France Inter niait le lien entre réfugiés et terroristes

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Polo le

    Alternative à facebouc : vk.com !

  2. Posté par Michel le

    Deux milliards d’inscrits ? Et moi en moins ! Qu’attendez-vous, faites comme moi , sortez de ce facedebouc putride!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.