Le nouveau Premier ministre polonais choisit Budapest comme première destination de rencontre bilatérale

post_thumb_default

 

Hongrie, Budapest – Pour sa première visite bilatérale, le nouveau Premier ministre polonais Morawiecki s’est rendu à Budapest pour discuter avec Viktor Orbán. Une visite qui, malgré le remaniement ministériel polonais, confirme la ligne commune aux deux pays. Notamment dans la vision de l’UE qui selon les Premiers ministres hongrois et polonais, ne peut pas se passer de l’Europe centrale.

Ce mercredi 3 janvier, Mateusz Morawiecki s’est rendu à Budapest pour y rencontrer Viktor Orbán, effectuant ainsi sa première visite bilatérale de sa fonction débutée en décembre suite au remaniement ministériel de mi-mandat.

« Je crois que des nations avec le même esprit comme le sont les nôtres peuvent se rassembler et influencer le futur de l’Europe d’une façon très positive, » a déclaré lors de la conférence de presse le Premier ministre polonais Morawiecki, ne laissant aucun doute sur l’orientation du nouveau gouvernement polonais : rien ne change face aux instances de Bruxelles ou vis-à-vis de la Hongrie et du groupe de Visegrád.

Durant la conférence de presse commune, les deux hommes ont tout à tour réaffirmé les points majeurs de convergence polono-hongroise. Sur la question migratoire, d’abord, Morawiecki a confirmé continuer le travail de son prédécesseur, Mme Szydło, affirmant que la Pologne était toujours en phase avec la Hongrie sur la question migratoire.

Par la même occasion, Viktor Orbán a profité de la conférence de presse pour réitérer sa position concernant le projet des élites bruxelloises. « Nous ne voulons pas vivre de nouveau dans un Empire, nous continuons de voir l’Union européenne comme une union de nations européennes libres, » a-t-il dit, avant d’ajouter que « les Hongrois veulent que l’Europe reste européenne, » appelant ensuite à préserver et renforcer la “culture chrétienne” du continent. Cela alors que certains pays occidentaux sont entrés dans « l’ère post-chrétienne et post-nationale, » ce qu’ils considèrent comme le futur de l’Europe, contrairement à la vision européenne que porte l’Europe centrale.

Mateusz Morawiecki(g) et Viktor Orbán(d). Photo : page Facebook de Viktor Orbán.

Les deux chefs de gouvernement on affirmé ensemble leur rejet catégorique et définitif des quotas obligatoires de migrants, ajoutant que « la politique migratoire de l’Union européenne a échoué spectaculairement, » a déclaré Viktor Orbán, ajoutant que le point de vue hongrois défend l’idée de protection des frontières, d’arrêt de l’immigration, et d’aide à apporter sur les lieux d’émigration.

Sur la question migratoire, Viktor Orbán a également estimé qu’il était clair que « les Européens ne veulent pas de l’immigration ». Répondant à une question concernant la possibilité d’un élargissement du groupe de Visegrád à l’Autriche, suite à la formation du nouveau gouvernement anti-immigration, M. Orbán a déclaré que le V4 ne souhaite pas s’élargir formellement, mais renforcera certaines coopérations avec ses voisins, dont l’Autriche. « La démocratie a été restaurée en Autriche, car les Autrichiens, qui ne veulent pas de l’immigration, ont élu un gouvernement qui ne veut pas non plus de l’immigration. Ce sera le cas partout en Europe. Je suis convaincu que ce n’est qu’une question de temps, » a affirmé Viktor Orbán.

Mateusz Morawiecki a approuvé les propos de Viktor Orbán en rappelant que des États membres, souverains, doivent pouvoir choisir qui ils acceptent sur leur territoire.

Les deux dirigeants ont également insisté sur l’importance de l’Europe centrale dans l’économie européenne. « Les dernières années ont prouvé que les modèles économiques de l’Europe centrale fonctionnent. […] Nous apportons plus que quiconque ne le pensait en 2004 lorsque ces pays ont rejoint l’UE. Nous ne pensions pas alors qu’un peu plus de dix ans plus tard, nous pourrions affirmer être le moteur économique de l’UE, » a déclaré Viktor Orbán, estimant que la Hongrie et la Pologne, notamment, renforcent l’Union européenne et stabilisent son économie.

Le Premier ministre polonais Morawiecki a également insisté sur l’importance du V4 comme outil de stabilité économique et politique au sein de l’UE. M. Morawiecki a également annoncé que la Hongrie et la Pologne envisagent de présenter ensemble leur vision du prochain budget de l’UE, ainsi que de travailler à une plus grande harmonisation de leurs déclarations et points de vue sur un nombre important de dossiers. La coopération bilatérale entre la Pologne et la Hongrie sera également renforcée pour développer plus d’infrastructures, notamment dans le cadre de la construction de l’a grande autoroute nord-sud européenne, la Via Carpatia.

Aucune mention en revanche durant la conférence de presse de la menace d’application de l’Article 7 du traité européen, qui punirait la Pologne pour de soi-disant fautes concernant sa réforme de la Justice ou encore pour des menaces sur l’État de droit, la Hongrie ayant de toute façon déclaré mettre automatiquement son veto sur une telle procédure si elle venait à être soumise au vote des États membres.

En conclusion de cette rencontre affichée comme amicale, le Premier ministre polonais Morawiecki a invité officiellement son homologue hongrois Viktor Orbán aux célébrations des 100 de l’indépendance polonaise à Varsovie au mois de novembre, rappelant que les Polonais et les Hongrois « se sont battus ensemble au fil des derniers siècles pour la libertés des Polonais et des Hongrois ».

Les Premiers ministres hongrois Viktor Orbán(g) et polonais Mateusz Morawiecki(d) à Budapest le 3 janvier 2018. Photo : page Facebook de Viktor Orbán.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Claire le

    Quel bonheur que cet axe Pologne-Hongrie, et plus généralement tout le groupe de Viegrad. Espérons qu’ils continueront à tenir bon et à rallier d’autres pays à leur cause, à commencer par l’Autriche. Il faudrait sérieusement enfoncer un coin dans le régime totalitaire qu’est devenue l’UE pour remettre tout à plat et créer une Europe des Nations, telle qu’elle avait été conçue au départ par de Gaulle et Adenauer, avec de belles réalisations économiques comme le Concorde (massacré par les USA), Airbus ou l’agence européenne aérospatiale.

  2. Posté par Socrate@LasVegas le

    Si je ne peux que partager l’avis de Visegrad sur la question migratoire, ne pas oublier que ces pays sont perfusés économiquement par l’ue qu’ils espèrent changer, bien que ce soit impossible en raison des unanimités requises…
    L’ue et l’€ sont des fiasco totalitaires et ne servant que les dirigeants de l’économie après avoir ligoté et muselé les peuples autrefois souverains, TOUJOURS par la « tactique du salami », bien connue de notre cf.
    Voici ce qu’est l’ue: https://youtu.be/JnklnGk4yKM

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.