Le président du Conseil européenne critique les quotas obligatoires de migrants et s’attire les foudres de la Commission européenne

post_thumb_default

 

Le président du Conseil européen Donald Tusk s’est attiré les foudres de certains membres de la Commission européenne. Dans une lettre adressée aux Etats membres ce mardi, l’ex-Premier ministre polonais a remis en question les mesures de répartition des migrants à travers l’UE.

“Les quotas obligatoires se sont révélés être un facteur de division (…) Pour cette raison, ils s’avèrent être inefficaces,” écrit-il.

Pour le commissaire à la Migration Dimitris Avramopoulos, ces propos sont “inacceptables”.“Ce sujet est conflictuel et le rôle du président du conseil européen est de forger l’unité parmi les Etats membres. Je crois qu’en faisant cela, Mr Tusk ne sert pas la cause de notre unité.”

Euronews

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

6 commentaires

  1. Posté par pierre frankenhauser le

    Tiens, voilà Tusk l’islamophile qui retourne sa veste, en « bon » politicien. J’imagine qu’il doit être de plus en plus conspué dans son pays chrétien et sent que le vent est en train de tourner. Mais je pense qu’il est un peu tard pour que ses compatriotes lui pardonnent sa traîtrise.

    Quant au Grec Avramopoulos, pense-t-il sérieusement que le fait de répartir la racaille à travers toute l’Europe va soulager son pays des envahisseurs ? Non, au contraire, l’appel d’air continuera. Il ferait mieux de se battre pour que la Grèce puisse fermer ses frontières sud. Mais c’est sans compter que le gouvernement est d’extrême-gauche, donc immigrationniste.

  2. Posté par SD-Vintage le

    Ce n’est pas à un membre de la commission européenne de critiquer le président de l’UE ! La commission européenne combat la liberté d’expression.
    Le commissaire politique à la Migration Dimitris Avramopoulos a des propos qui sont “inacceptables”. Je crois qu’en faisant cela, Mr Dimitris Avramopoulos ne sert pas la cause de l’unité de l’UE, comme avec sa politique des quotas, et devrait être licencié.

  3. Posté par poulbot le

    La Commission européenne n’a pas été élue par les peuples Européens mais mis en place par les intérêts économique qui maintenant veut forcer les pays a accepter les yeux fermé la chienlit inculte qui déferle sur l’Europe comme des vols de sansonnet sur un champs de blé.

  4. Posté par JeanDa le

    Au vu du soutien grandissant des polonais à leur gouvernement PIS et à sa position à l’encontre de l’ue, effectivement il est probable que Tusk commence à se souvenir qu’il est lui aussi polonais, et qu’à force d’avoir raison tout seul contre son peuple, on finit par avoir tort ? C’est tout le mal que je lui souhaite.
    Panie Tusku, witam w rzeczywistości !

  5. Posté par Gabrielle le

    Donald ayant dormi tout l’été, se trouva fort dépourvu quand l’invasion fut venue…

  6. Posté par oxygène le

    En voilà un qui commence peut-être à se sentir traître à sa patrie…
    « le rôle du président du conseil européen est de forger l’unité parmi les Etats membres » ; envers et contre la volonté des populations.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.