Suisse : la télévision publique vit peut-être ses derniers jours

post_thumb_default

 

Par Laurent Pahpy.
Un article de l’Iref-Europe

Un débat qui a été lancé en 2014 par les jeunes du Parti libéral-radical et de l’Union démocratique du centre. Leur indignation est légitime : à l’heure d’internet, comment justifier que le contribuable soit forcé de débourser 451 francs par an (386 euros) quand il ne regarde ou n’écoute pas forcément les médias d’État ?

Cette redevance prélève chaque année 1,3 milliard de francs chez les contribuables suisses. Ce montant est redistribué pour partie à certaines radios et télévisions locales, mais la quasi-totalité, environ 95 %, subventionne la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SRG SSR).

Naissance de l’initiative No Billag

Cette dernière retransmet 24 chaînes nationales et locales, dans les quatre langues du pays (français, italien, allemand et romanche). Elle tire ses revenus pour les trois quarts de la redevance et, pour le reste, de la publicité.

Face à cette taxe, l’initiative No Billag, du nom de l’entreprise chargée de prélever la redevance, a vu le jour. L’objectif : inscrire dans la constitution que la Confédération garantit l’indépendance et l’autonomie des radios et télévisions et qu’elle ne peut subventionner aucune chaîne.

Ceci reviendrait à privatiser totalement le financement de la SRG SSR et des chaînes locales. Le comité No Billag est parvenu, tant bien que mal, à récolter dans le temps requis plus de 112 000 signatures à travers tout le pays. Le Parlement, chargé d’émettre un avis consultatif, a voté contre à une très large majorité et n’a pas proposé de contre-projet. Le débat est donc lancé pour le référendum.

La crainte d’un « désert audiovisuel »

Les opposants à cette initiative craignent que sans cette contribution forcée, l’entreprise publique ne fasse faillite. Cela créerait un « désert audiovisuel », disent les opposants à la réforme, où régneraient les « fausses nouvelles » ce qui soumettrait les Suisses aux influences étrangères et mettrait à mal la cohésion nationale.[3]

Ce n’est pas l’avis de Frédéric Jollien, porte-parole de No Billag, pour qui « la diffusion de la Coupe du monde de football ou des Jeux olympiques par la SRG SSR ne sont pas des nécessités d’État. On a le droit de ne pas aimer le football et de ne pas vouloir payer pour sa retransmission ». Il soutient que sans redevance, la liberté de choix serait rétablie, car les ressources ainsi libérées alimenteraient une plus grande diversité d’offres médiatiques.

La SRG SSR ne ferait pas faillite, elle devrait simplement se financer comme les médias privés, avec de la publicité, des jeux ou des abonnements. En plus de dénoncer les salaires excessifs des dirigeants de SRG SSR, alors que les plus précaires sont forcés de payer la redevance, les défenseurs du No Billag revendiquent le droit de s’informer de la manière qu’ils le souhaitent.

« On est face à un rouleau compresseur »

La votation aura lieu le 4 mars prochain. Il faudra une double majorité, celle du peuple et des cantons pour qu’elle soit acceptée. « On est face à un rouleau compresseur, l’immense majorité de la classe politique et la SRG SSR, juge et partie, se battent contre nous » dénonce Frédéric Jollien. Même le Parti libéral-radical a renoncé à défendre cette libéralisation des médias d’État alors que c’est sa branche jeune qui est à l’origine de la votation.

Il est peu probable que l’initiative aboutisse puisqu’en moyenne seule une initiative sur dix est approuvée, mais elle aura au moins eu le mérite de poser la question du rôle de l’État dans l’industrie des médias. Tout espoir n’est toutefois pas perdu puisque selon un récent sondage, 57 % des moins de 65 ans sont en faveur de l’initiative.[4]

Et si on privatisait la télévision publique ?

Peut-être aurons-nous un jour, nous aussi, en France, un débat sur la place de l’État dans les médias, l’information et la culture. Le chef de l’État, Emmanuel Macron, a récemment dénoncé, à juste titre, la gestion calamiteuse de France Télévisions et Radio France. Ces mêmes médias avaient déjà été sévèrement épinglés par l’IREF en 2015 et la Cour des comptes en 2016.

Il serait bon, comme en Suisse, d’interroger d’abord la légitimité des subventions publiques pour les journaux papier et celle du financement forcé de certaines chaînes de radios et de télévisions d’État. De l’autre côté du lac Léman, contrairement à la France, la presse écrite vit déjà sans subvention directe et les journaux n’ont pas disparu pour autant.

Sur le web

Cet article Suisse : la télévision publique vit peut-être ses derniers jours est paru initialement sur Contrepoints - Journal libéral d'actualités en ligne

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

6 commentaires

  1. Posté par marcel le

    La déchéance de ce gauchisme-sorosien qui nous persecute depuis trop longtemps, sera aussi bienvenue que l’arrivée d’une tiède brise de printemps, pleine de bons présages, après un long hiver sombre. Commencer par nous couper de leurs haleine fetide est un bon début. No-Billag!

  2. Posté par bigjames le

    Oui à NO BILLAG, et que la tour s’effondre.
    Ce sera le début d’une période non soumise à cette propagande immonde.
    On en peut plus de ces gauchistes ! De ces destructeurs de notre si beau pays.
    Du balai !!!
    NO BILLAG. Oui, oui oui !

  3. Posté par Antoine le

    Je voterai OUI à no billag !
    Mme Dooris latarte lataxe nous enfume et nous menace qu’il n’y aura plus de services publiques (bon débarras), M. Marchand (RTS – Radio TV Socialiste) nous sermonne du haut de son salaire de plus d’un demi-million de Frs par an !
    La messe du TJ à 19H30 de Darius ne fait plus audience … C’est la panique à bord de la RTS – SSR !!
    Que l’on fasse place nette avec une nouvelle équipe et surtout une charte qui tienne la route !

  4. Posté par bdr le

    Le journal « La Tuile » (JU) existe depuis plus de 40 ans sans subventions, submergé par le racket de la liberté d’expression de la raie publique bananière et canton du Jura, Monsieur Marchand n’est pas à ma connaissance millionnaire.
    Mais alors expliquez moi comment il fait pour tourner?
    Je sais! ! ! Des gens achètent le journal en question.
    Cette constante est la même pour tout produit commercial (quand tu fais de la merde, personne n’achète).
    A bon entendeur.

  5. Posté par Hexgradior le

    « Les opposants à cette initiative craignent que sans cette contribution forcée, l’entreprise publique ne fasse faillite. Cela créerait un « désert audiovisuel », disent les opposants à la réforme, où régneraient les « fausses nouvelles » ce qui soumettrait les Suisses aux influences étrangères et mettrait à mal la cohésion nationale. »
    Ah parce qu’ être bombardé de conneries américaines par la SSR, ce n’est pas subir de l’influence étrangère?
    Je revendique mon droit aux « fausses nouvelles » c’est à dire à celles qui ne se conforment pas à l’idéologie progressiste de cette gauche sociétale immorale et dépravée, dont cette dernière distille en continu sur les ondes.
    Oui, cela mettrai à mal la cohésion nationale de ce pays, surtout pour les socialistes, j’en conviens.
    Les opposants à l’initiative ne prennent pas les Suisses pour des cons. Non pas du tout…

  6. Posté par philippe le

    Il n’y aura pas de désert audio-visuel. Ne Croyez pas ces blagues ? Il faut une réforme, c’est urgent. Le monopole étatique doit disparaître . Quand l’on considère les revenus de la publicité ou va toute cette manne ? . Prélever une redevance n’est plus justifié.. De plus le patrimoine audio-visuel de la TSR est une chasse gardée restreinte ?. Voter OUI NO-BILLAG. c’est nécessaire pour remettre les pendules à l’heure.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.