La une des Inrockuptibles sur Bertrand Cantat crée une vague d’indignation sur Twitter

post_thumb_default

 

Bertrand Cantat, l'ancien chanteur du groupe de rock Noir désir est de nouveau propulsé sur le devant de la scène médiatique, le magazine spécialisé Les Inrockuptibles ayant choisi de le mettre en une de son édition du 11 octobre.

Un choix éditorial qui a créé une vive polémique sur les réseaux sociaux, le passé judiciaire du chanteur, condamné à huit ans de réclusion pour l’homicide involontaire de sa compagne Marie Trintignant, étant encore dans toutes les mémoires.

En première ligne, la secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les hommes et les femmes Marlène Schiappa s'est indignée sur Twitter que le magazine puisse faire la promotion de celui qui a «assassiné» Marie Trintignant. Un terme très fort, qui sous-entend un homicide avec préméditation, ce que la justice n'avait pourtant pas retenu.

Dans leur grande majorité, les internautes, dont le nombre de réactions a fait se hisser Bertrand Cantat dans les tendances du moment sur Twitter, ont été sur la ligne de la secrétaire d'Etat, condamnant fermement la une du magazine. La journaliste Nadia Daam, dans une série de messages, a par exemple jugé qu'il ne fallait pas «prêter une oreille compatissante à l’auteur d’un féminicide».

Certains n'ont cependant pas été surpris par cette une, rappelant que la magazine avait par le passé mis en valeur Roman Polanski – visé depuis 1977 par plusieurs affaires d'agression sexuelles, dont certaines sur mineures – ou encore Woody Allen, accusé de viol par sa fille Dylan Farrow.

Pour d'autres, cette une est une illustration de l'attitude consistant à séparer l'homme de l'artiste, position que l'humoriste Blanche Gardin avait vivement critiquée lors de la Cérémonie des Molières en mai dernier, au détour d'un sarcasme : «On ne dit pas d'un boulanger, "oui d'accord il viole un peu des gosses dans le fournil, mais bon il fait une baguette extraordinaire !"»

Néanmoins, répondant à la Secrétaire d'Etat, un internaute a estimé qu'après avoir purgé sa peine, Bertrand Cantat avait le droit comme tout un chacun à chercher à se réinsérer, et ne pouvait être privé de sa liberté d'expression.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Caillette aux herbes le

    cantat : frapper des femmes ! tu vaut nibe , rien , cheï , que dalle , nada . Viens pas dans mon village, chez nous c’est sain, pas de drogue, pas de délinquant […]

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.