Racket: La Libye demande 20 milliards à l’UE pour bloquer les migrants

UE Europe immigration migrants

Christian Hofer: Après la Turquie, l'appel d'air provoqué par l'invitation d'Angela Merkel entraine à présent d'autres rackets à l'encontre des kouffars européens qui se chiffrent à des milliards de dollars.

Pendant ce temps, Angela Merkel se représente pour un mandat et possède même de bonnes chances d'être réélue.

Que l'Allemagne passe donc à la caisse toute seule pour ce qu'elle provoqué.

**********

Khalifa Haftar, à la tête de l'Armée nationale libyenne, estime que l'effort européen devra se porter à 20 milliards de dollars afin de gérer le flux de migrants.

Depuis des semaines, l’Union européenne parle de la nécessité de gérer le flux de migrants avant même qu’ils ne touchent le sol européen. Emmanuel Macron avait notamment annoncé la création en Libye de hotspots, des centres d’examen, afin de différencier réfugiés et migrants économiques, une annonce sur laquelle était revenu Gérard Collomb sans pour autant remettre en cause la volonté du chef de l’État de traiter la question migratoire depuis le sol libyen. Mais, pour l’homme fort de l’Est libyen, Khalifa Haftar, Bruxelles va devoir mettre une somme importante sur la table si elle veut aider à bloquer les flux de migrants à la frontière sud du pays.

Ainsi, Khalifa Haftar estime à « 20 milliards de dollars sur vingt ou vingt-cinq ans » l’effort européen nécessaire pour aider à bloquer ces flux, dans un entretien paru samedi. « Le problème des migrants ne se résout pas sur nos côtes. S’ils ne partent plus par la mer, nous devons les garder nous et la chose n’est pas possible », a-t-il expliqué dans un entretien au quotidien italien Corriere della Sera. « Nous devons au contraire travailler ensemble pour bloquer les flux sur 4 000 kilomètres à la frontière désertique libyenne du Sud. Mes soldats sont prêts. Je contrôle plus des trois quarts du pays. Je possède la main-d’œuvre, mais il me manque les moyens », poursuit le chef d’une force autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL).

Armes, munitions, drones, etc.

Le président français Emmanuel Macron « m'a demandé ce dont on a besoin, je suis en train de lui envoyer une liste », précise le maréchal Haftar. Dans la liste figureront « des formations pour les gardes-frontières, des munitions, des armes, mais surtout des véhicules blindés, des jeeps pour le sable, des drones, des détecteurs, des lunettes de vision nocturne, des hélicoptères ». L'idée est d'installer des campements mobiles de 150 hommes au minimum tous les 100 kilomètres, a-t-il encore détaillé. Un vaste programme qu'il estime à « environ 20 milliards de dollars sur vingt ou vingt-cinq ans pour les pays européens unis dans un effort collectif ».

À titre de comparaison, « la Turquie prend 6 milliards » à Bruxelles « pour contrôler un nombre infiniment inférieur de réfugiés syriens et quelques Irakiens », a-t-il fait remarquer. « Nous, en Libye, nous devons contenir des flux gigantesques de personnes arrivant de toute l'Afrique. » Fin juillet, Khalifa Haftar et son rival Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement d'entente nationale, se sont mis d'accord sur une déclaration de principes en dix points dans laquelle ils s'engagent notamment à un cessez-le-feu et à organiser des élections le plus rapidement possible, lors d'une rencontre en région parisienne sous l'égide du président français.

Renfort maritime avec l'Italie

Dans les colonnes du Corriere della Sera, le maréchal a de nouveau critiqué Fayez al-Sarraj qui ne l'a pas consulté pour donner le feu vert à une opération de renfort maritime de l'Italie pour aider les gardes-côtes libyens à contenir les départs de bateaux de migrants. « Sa décision est un choix individuel, illégitime et illégal », estime-t-il. « Personne n'entre dans nos eaux sans permission », a-t-il répété, tout en prononçant des propos plus conciliants à l'encontre de l'ancienne puissance coloniale : « Les Libyens et les Italiens sont des amis. »

Le maréchal Haftar, revenu de vingt ans d'exil en 2011 au moment de la révolution libyenne, est soupçonné par ses détracteurs de vouloir prendre le pouvoir en Libye et de n'avoir aucune intention de se soumettre au pouvoir civil.

Source

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.