Lettre à Suisse

paysage suisse

Par Sébastien Jallamion

Contraint à l'exil pour des raisons que je n'aurais jamais cru possibles, je foule aujourd'hui une terre dont les particularités sautent aux yeux du français que je suis. 

Tout d'abord, j'ai posé mon regard sur un paysage naturel où les nombreux sites se marient avec une agriculture dont la France a perdu jusqu'au souvenir. Ici, pas de monoculture subventionnée par l'Union Européenne : les champs sont restés des mosaïques aux couleurs de blé, de tournesol, de maïs, et les vignes, lorsqu'elles s'étendent en bordure des villages, les prolongent en même temps qu'elles les protègent d'une urbanisation excessive. 

Ici les fermes sont sensiblement de même taille, les exploitations sont à dimension humaine. J'ai vu paître des vaches dans un cadre bucolique, précisément à leur place, là où les hommes les ont sélectionnées depuis des temps immémoriaux pour se nourrir. 

Bien entendu, cette agriculture bénéficie d'aides publiques afin de garantir sa pérennité, mais ce n'est pas tant l'aspect économique lié à l'indépendance alimentaire qu'elle suppose que l'entretien des paysages naturels qui en découle qu'il faut considérer ici : la contrepartie n'a pas de prix. 

Cette nature préservée se manifeste partout : ici il n'y a aucune ville que l'on ne quitte sans se plonger tout à coup dans un univers végétal, et rares sont les lieux où l'on ne voit poindre à l'horizon des sommets de pierre dessinant un tableau changeant. Si la Suisse est une toile, c'est une toile de Maître, dont le coup de pinceau ne cesse de se produire. 

J'ai le sentiment d'avoir cerné la vraie richesse de ce pays, celle que les anciens ont transmis aux nouvelles générations, celle dont les vivants ont pour lourde tâche de transmettre à leur tour. 

Ce sont les mots que je voulais vous dire, moi le petit français, issu d'une famille de paysans qui a vu la France se suicider en confiant la gestion de son agriculture à l'Union Européenne soumise aux lobbies des firmes multinationales, et qui voit aujourd'hui ses agriculteurs se suicider au rythme d'un tous les deux jours. 

Nous sommes des héritiers. C'est en l'oubliant que l'on meure définitivement.

 

 Sébastien Jallamion

 

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.