Suède : expulsion d’une Iranienne convertie, accueillie en Hongrie

post_thumb_default

 

Arrivée en Suède en 2014 avec un visa de travail, Aideen Strandsson est une actrice iranienne convertie au christianisme. Une fois dans le pays scandinave, elle a demandé à être baptisée en public pour témoigner de sa liberté et de sa foi. Il est donc évident qu’à son retour en République islamique d’Iran, Aideen Strandsson (c’est son nom de baptême) risquerait la prison, la torture, le viol et/ou la mort. Pourtant, l’agence suédoise pour les migrations Migrationsverket lui a refusé l’asile, a confisqué son passeport et a transmis son dossier à la police des frontières chargée de la rapatrier en Iran.

L’attitude des autorités suédoises choque d’autant plus que ce pays se veut un modèle d’ouverture face à l’immigration et aux réfugiés. Pire encore, alors qu’elle refuse l’asile à cette chrétienne comme à d’autres anciens musulmans convertis au christianisme, la Suède a fourni des fausses identités et une nouvelle vie à 150 djihadistes revenus de Syrie. En avril, la Suède accordait aussi l’asile à une militante pro-avortement du Salvador, Maria Teresa Rivera, qui est ainsi devenue la première personne à recevoir l’asile pour des prétendues persécutions à la suite d’un avortement.

Sus aux chrétiens !

Mais point de place à la compassion pour les chrétiens : Aideen Strandsson s’est entendu dire par les fonctionnaires suédois que sa décision de devenir chrétienne était son choix personnel et son problème, pas le leur ! Après les reportages de la télévision CBN, des spectateurs de la chaîne ont écrit à l’office des migrations suédois. Celui-ci a répondu à la chaîne dans les termes suivants : « Le fait que vos lecteurs nous écrivent ne changera pas la décision de l’Agence pour les migrations ni celle des tribunaux. Son cas a fait l’objet d’un appel et a été traité par l’Agence pour les migrations et ensuite par les tribunaux suédois qui ont eux aussi décidé qu’elle ne pouvait pas recevoir l’asile. »

Une pétition en anglais et en hongrois en faveur de l’Iranienne est en cours sur la plateforme CitizenGo, qui avait reçu plus de 11 000 signatures jeudi matin. Mercredi, ainsi qu’informait le site francophone Visegrad Post, le vice-Premier ministre hongrois, Zsolt Semjen, annonçait que la Hongrie est prête à accueillir Mme Strandsson pour lui éviter la déportation en Iran. « Nous protégeons la Hongrie contre l’invasion migratoire mais nous aidons les personnes qui courent un réel danger », a rappelé le ministre.

La Suède fait exactement le contraire.

Photo
Aideen Strandsson, menacée d’expulsion de Suède.

Cet article Suède : expulsion d’une Iranienne convertie, accueillie en Hongrie est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Michel le

    MERCI à la HONGRIE pour cette jeune femme et pour nous.
    Merci à ce pays qui résiste et fait la distinction entre le Droit d’asile
    et le foutoir-immigrationniste du politburo de la C.E..

  2. Posté par Paul le

    La guerre civile approchant , ce genre de situation a le mérite de mettre en relief certains points: à savoir qui sont nos amis et qui sont nos vrais ennemis . L’heure des comptes arrive que les traitres à nos nations ne l’oublient pas .

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.