Italie : L’experte de l’Afrique remet les Ong à leur place « Les jeunes Africains pensent qu’il suffit d’arriver en Europe pour faire fortune. »

timthumb

Dessiner le portrait-robot du « migrant qui arrive en Italie traversant la Méditerranée pour réfuter plusieurs clichés. Elle a les titres (et le courage) de le faire Anna Bono, douze années d'études et de recherches passées au Kenya, ancienne professeur d'histoire et des institutions de l'Afrique à l'Université de Turin, récemment auteure de l'essai Des migrants! Les migrants! Les migrants! édité par Segno.

D'où partent les migrants qui débarquent dans notre pays? 

« En particulier d'Afrique subsaharienne, en particulier d'Afrique de l'Ouest. Nigeria en tête, suivi par le Sénégal, le Ghana, le Cameroun et la Gambie. L'Afrique à part, un nombre important vient du Bangladesh, d'Afghanistan et du Pakistan. Les Syriens et les Irakiens fuyant la guerre sont une minorité ".

Vous pouvez faire un portrait?

« Près de 90% sont de sexe masculin, ils sont pour la plupart âgés entre 18 et 34 ans, avec une grande proportion de mineurs (au moins selon les déclarations au moment de « l'arrivée). Et voyagent seuls. Il y a très peu de familles, par opposition à ce qui se passe avec les Syriens et les Irakiens ".

1502113003242.JPG--l_esperta_di_africa_smonta_le_balle_di_boldrini_e_ong___ecco_chi_sono_davvero_gli_immigrati_che_vengono_in_italia_

Laura Boldrini, de la gauche et pro migrants, essayant de culpabiliser sans cesse les Italiens.

Quelles sont leurs conditions économiques? 

« Pour faire face à un voyage clandestin - illégal, il convient de noter le processus du commencement à la fin, et pas seulement dans le dernier tronçon à travers la mer - vous devez compter sur les trafiquants. Les coûts sont élevés, de l'ordre de milliers de dollars. Voilà pourquoi ceux qui partent sont des gens de la classe moyenne (aujourd'hui plus ou moins un tiers de la population africaine) avec un revenu décent ».

Mais s'ils ont un revenu raisonnable pourquoi partent-ils?
« Il y a en Afrique un pourcentage des jeunes qui croient que l'Occident est si riche qu'il suffit d'y arriver pour faire fortune. »

Et les risques du voyage, la peur de mourir avant d'atteindre leur destination ne les freinent pas?

« Je ne sais pas à quel point la prise de conscience de ces risques est claire en Afrique. Et en fait, une manière de diminuer le flux des départs serait de promouvoir des campagnes d'information sur place au sujet des dangers et des coûts du voyage, et ce à quoi vous devez vous attendre une fois que vous êtes en Europe, en termes de chômage des jeunes et de réelles opportunités d'emploi. Il y avait un Sénégalais qui avait un troupeau de vaches et de taureaux. Dans l'ensemble un bon emplacement. Il a tout vendu pour venir en Europe et est mort en mer. Mais même s'il avait réussi, quelqu'un comme lui, un simple propriétaire, sans expérience de travail, et sans connaître la langue, quel travail aurait-il pu faire? ».

Qui donne cette désinformation sur l'Europe?
« Il y a une image positive de l' Europe véhiculée par les médias. Mais d'autres facteurs pèsent également. Les Européens, aux yeux de la moyenne africaine, sont tous riches. L'Européen, c'est le touriste qui fréquente des hôtels de luxe ou l'employé de l'entreprise occidentale qui va dans de bons restaurants, a une belle maison, une voiture, peut-être un chauffeur. Il y a après un autre élément.

Pendant des décennies, il y a de tout qui est arrivé de l'Occident: les médicaments, la nourriture, les vêtements. Les ONG creusent des puits et construisent (d'excellents) hôpitaux. Tout gratuit.

Cela contribue à l'idée d'une prospérité occidentale sans limites. Enfin, il y a le rôle des trafiquants, qui pour alimenter leurs business ont tout intérêt à tromper les gens sur l'avenir brillant qu'ils trouveront en Europe ».

(...)

Les institutions internationales voient une forte croissance de l'économie africaine.

« Depuis plus de vingt ans, le PIB du continent croît. En 2017, l'augmentation moyenne sera de 2,6%. Grâce à l'huile, l'Angola a connu des pics de 17% et a bénéficié d'une croissance record du PIB entre 2003 et 2013 de près de 150%. Mais la croissance économique seule ne coïncide pas avec le développement. Les investissements manquent encore dans les secteurs de production, les infrastructures, les services".

Qu'attend le développement? 

« Tout d'abord , la corruption à tous les niveaux de la société, et pas seulement au sommet, qui gaspille des ressources énormes. Imaginez qu'en 2014 la compagnie pétrolière nationale au Nigeria aurait dû recevoir 77 milliards de dollars, mais il n'en a reçu que 60. En outre, les gouvernements ont misé par intérêt politique sur une croissance excessive du secteur public. Tout cela est accompagné par le tribalisme, une autre contrainte au développement ».

Il est juste de dire « nous allons aider chez eux »? 

« Mais l'Occident le fait déjà: depuis des décennies il transfère de grandes ressources financières, humaines et de la technologie en Afrique. L'aide pour la coopération internationale en 2015 a touché 135 milliards de dollars Mais il y a quelques années, la Banque mondiale, en parlant de la Somalie, avait estimé que pour chaque tranche de 10 dollars remis aux institutions gouvernementales, sept ne sont pas arrivées à leur destination".

Nous avons parlé de la majorité des immigrants. Il y a aussi la minorité qui fuit les guerres et les dictatures. 

« Sur les 123'000 demandes de statut de réfugié en 2016 , 4'940 ont été acceptées. » 

(...)

Êtes-vous surpris de la complicité des Ong-contrebandiers? 

« Pas du tout. La pratique était connue depuis des mois. Un signe indicatif c'est la qualité des nouveaux bateaux en caoutchouc utilisés par les contrebandiers: ils doivent faire un chemin beaucoup plus court, en utilisant du matériel de mauvaise qualité en provenance de Chine. Après le transfert des migrants, le bateau est jeté. Ils ne conservent que le moteur, qui est ensuite utilisé pour d'autres bateaux "

Source Traduction Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

Nos remerciements à Alain Jean-Mairet

 

15 commentaires

  1. Posté par ishub le

    Merci Miranda, votre commentaire est intéressant et invite à la réflexion.Cdt

  2. Posté par Jerry Jack le

    « Le Sacré-Coeur était en colère »… On peut savoir ce que ça veut dire?

  3. Posté par Jacques Castelli le

    Plusieurs signes à venir (dans le désordre) de l’approche imminente des tribulations, transmis par Dieu à Frère Elyôn :
    -décés d’Ariel Sharon : réalisé le 11 janvier 2014
    -décés de Fidel Castro : réalisé le 25 novembre 2016
    -inondations à Paris : réalisé le jour de la Fête du Sacré Coeur, le vendredi 3 juin 2016
    parce que le Sacré-Coeur était et en colère contre les français, mais une inondation plus importante
    est à venir.
    -réhabilitation de l’affaire Ceznec.
    -décés de Jhonny Halliday.
    http://www.prophete-du-sacre-coeur.com/

  4. Posté par Loulou le

    Si demain je devrais trouver 12’000 ou 15’000.-$ pour faire passer ma famille je n’y arriverais pas. À moins de vendre bagnole et babioles. Les histoires de milliers de dollars pour passer, autofinancés, je n’y crois pas. Ce sont des fables. Imaginez avoir à disposition 3 ou 4 ans de salaire. Car pour un Africain moyen c’est de cela qu’il s’agit.

  5. Posté par Etienne le

    Quant aux financements de ces voyages.
    En plus des moyens personnels et des moyens « extérieurs », il y a aussi que les réseaux des passeurs ne s’occupent pas qu’à faire franchir la Méditerranée.
    Certains passeurs offrent des services à crédit. Et ceux qui font crédit aux clandestins les maintiennent certainement sous contrôle en Europe en attendant que la dette soit honorée. Autrement, ce n’est pas compréhensible.

  6. Posté par Bussy le

    Et oui, en les faisant venir en Europe, nos bobos bien-pensants déracinent et jettent dans la misère des millions d’Africains qui s’en sortaient pourtant plus ou moins bien en Afrique !
    Bravo, bande d’idiots !

  7. Posté par Aude le

    Pourtant je ne crois pas que ces clandestins s’autofinancent pour un long voyage et arrivent encore à payer des milliers pour les passeurs…
    Ce qui équivaudrait à dire qu’ils sont plus riches que les europeens pauvres….
    Ça ne colle pas….
    Il y a des crasseux de mondialistes et Banksters qui doivent mettre la main au porte-monnaie à travers des ONG nébuleuses…….
    Il est évident que les baillis de Bruxelles et les Banksters…..aussi bien que les Gouvernements de l’Ouest européen n’ont rien fait ou plutôt,ont absolument Tout fait , pour en arriver là….
    Ces traitres doivent en répondre devant les peuples et le plus vite sera le mieux….
    Qu’on les chassent au plus vite du Pouvoir…..

  8. Posté par JeanDa le

    « Les jeunes Africains pensent qu’il suffit d’arriver en Europe pour faire fortune. »
    Ah ? Parce que ce n’est pas vrai ?

  9. Posté par Astérix chez les islamistes le

    Les Africains sont cons aussi
    de même que nos dirigeants
    pour les pousser dans cette voie

  10. Posté par Claude le

    Concernant les ONG-contrebandiers dont le status est connu depuis des mois (des années ?) il serait temps que nos gouvernements de gôches se posent les bonnes questions :
    – Financement des ONG (provenance des fonds et transparence des comptabilités)
    – Respect des êtres humains (signature des chartes italiennes concernant les actions en mer)
    – Observateurs NEUTRES (Suisses ?) à bord de CHAQUE navire ONG
    Faudra-t-il que le PEUPLE se substitue au gouvernement pour prendre les décisions en main ?

  11. Posté par miranda le

    ON NE SAURAIT VOUS REMERCIER DE PUBLIER CET ARTICLE ET DE REMERCIER CETTE DAME qui dépeint réellement « la diversité migratoire et l’envie de ces migrants de s’enrichir en Europe en ne connaissant pas les réalités du « vivre en Europe ».

    Ceux qui parviennent à rester en Europe connaîtront toutes les difficultés que rencontre l’individu européen moyen, qui ne cherche plus l’enrichissement inatteignable mais à vivre décemment seulement en assumant le quotidien. Et le quotidien, c’est « éventuellement être correctement logé et parfois attendre très longtemps ce logement, et accepter de payer pour tout : loyer, eau, gaz, electricité, taxe locative, taxe foncière, nourriture, aider les enfants à grandir dans la diginité vestimentaire, alimentaire, scolaire etc…

    Les africains venus en France ont connu toutes ces difficultés. Pourquoi lorsqu’ils rentrent au pays, laissent-ils leur famille restée là-bas dans l’illusion d’une EUROPE ELDORADO. Ce qui fait que leur entourage a lui aussi envie de prendre le chemin.

    Ainsi j’ai vu un africain, devoir assumer 30 membres clandestins de sa famille à leur arrivée progressive, et les membres de cette famille avoir vécu « une chute sociale », alors qu’ils auraient été plus heureux en élevant leurs troupeaux et en ayant une case personnelle qui ne leur coûtait pas UN SOU. Alors que dans leur logement OCCIDENTAL, ils devaient empiler les matelas les uns sur les autres et avoir un minimum de place pour manger et avoir d’autres petites activités dans leur espace.
    Certains vivaient avec la nostalgie au coeur mais n’osaient pas rentrer. Car le village les auraient jugés comme manquant de courage, comme « râtés » aussi.

    Comment pourront se développer les enfants de ces personnes? ils porteront la nostalgie des parents, ils porteront l’échec de leurs parents.

    Et la violence des banlieues semble nous étonner, après cela.

    Il faut s’appeler MR KALERGI pour avoir une telle méconnaissance du fonctionnement de l’être humain. Il faut être dans LE DENI pour avoir adopter un tel plan pour l’avenir de L’EUROPE mais aussi de l’AFRIQUE.

  12. Posté par Christian Hofer le

    ah oui c’est juste Danielle
    car l’article dit que l’experte attaque justement Boldrini sur ses propos. Et il a préféré la mettre en photo ce qui n’est pas le plus pertinent.
    Je vais modifier merci.

  13. Posté par Danielle Borer le

    La photo illustrant l’article n’est pas celle d’Anna Bono mais celle de Laura Boldrini, la pire immigrationiste bobo d’Italie !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.