Suisse: un élu prêt à renoncer à son passeport français s’il devient ministre

post_thumb_default

 

Cet article Suisse: un élu prêt à renoncer à son passeport français s’il devient ministre est apparu en premier sur Fdesouche.

Pierre Maudet, un élu franco-suisse du canton de Genève, s’est déclaré prêt à renoncer à son passeport français s’il est nommé ministre, afin de désamorcer une polémique déclenchée par un parti de la droite populiste. « J’ai reçu la nationalité française à ma naissance sans l’avoir demandée. (…) Si je devais être nommé conseiller fédéral (ministre), […]

Cet article Suisse: un élu prêt à renoncer à son passeport français s’il devient ministre est apparu en premier sur Fdesouche.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

17 commentaires

  1. Posté par Le Taz le

    Renonce plutôt à ta nationalité suisse et dégage. Macron te trouvera un poste dans son gouvernement vu tes idées de bolchevique mondialiste!

  2. Posté par Sergio le

    Voilà le traitre dans toute sa luisante splendeur. À l’instar des migrants envahisseurs, il est prêt à lancer ses papiers par-dessus bord.

  3. Posté par TulliaCiceronis le

    Se trouverait-il une âme charitable pour enseigner à M. Maudet l’art de désamorcer un obus ?

  4. Posté par Léo C le

    Prêts à toutes bassesses et compromissions pour avoir ou conserver une gamelle.
    Ce n’est pas mieux chez nous.

  5. Posté par Mezigues le

    Et si un parti courageux lançait une initiative comme quoi aucun élu en Suisse, à n’importe quel niveau politique communal, cantonal ou fédéral, ne peut être double-national, dès sa naissance? Trop facile de jeter un des passeport par simple arrivisme! Et il n’est pas si facile de renier officiellement une nationalité, surtout la française car la France ne l’accepte pas. Pensez donc! renier l’appartenance au pays des droits de l’homme, à la lumière du monde, à l’exemple mondial à suivre, c’est tout bonnement inconcevable vu de Paris!
    Donc si une telle initiative passerait, je pense sincèrement que cela ressouderait pas mal de problèmes liés à de conflits d’intérêts, surtout à Genève.

  6. Posté par bonardo le

    On est Suisse ,on est Français ,c`est quoi ce binz ??? Et Pierrot il faut savoir Suisse ou Français ,car cela devient du n`importe quoi ,et franchement Pierrot ce poste n`est pas pour toi !!Moi je veux devenir Français ,mais sans rien demandé ,non Africain ,ou Suisse ???Mais la Suisse n`existe pas selon ma cops Ada ,non mais sommes nous au cirque ou quoi ???
    Il faudrait un minimum de sérieux dans ce pays ,moi je propose CALAMITY JANE ,qui vient de recevoir les honneurs ,avec elle tout irait pour le mieux ,mieux encore la Kop ,mais moi je suis intéressé pour me présenter au conseil fédéral ,je n`aurais pas plus l`air con que les autres.
    Merci de votre vote pour moi.

  7. Posté par coocool le

    Si on demande à un ambassadeur de Suisse d’abandonner son deuxième passeport, à combien plus forte raison un conseiller fédéral ! De plus, il est impossible que d’être libéré des liens d’allégeance pour une période déterminée. Donc PM est soit ignorant, ce qui est inquiétant pour prétendre à de telles fonctions, soit, ce qui est plus probable, il nous prend pour des imbéciles !

  8. Posté par G. Vuilliomenet le

    Le problème n’est pas la double culture. Je l’ai également soi dit en passant, d’abord parce que mon vécu dans un pays des ex-colonies françaises a fait que j’ai suivi une instruction à la française, mais par l’éducation que mes parents m’ont donnée, je suis Suisse de cœur, malgré d’autres origines par « métissage » (1/2 suisse, 1/4 française, 1/4 persane), oui, nul n’est parfait, et nos visites à la famille française lors de nos rares séjours en Europe.

    Par contre, le fait qu’aujourd’hui la Suisse reconnaît la double nationalité, ce qui n’a pas toujours été le cas, peut poser un problème de LOYAUTÉ envers son pays (lequel?). Alors qu’aujourd’hui où la Suisse qui a un système encore démocratique, mais pour combien de temps, est confrontée à un machin mélange d’ultra-libéralisme et de bolchevisme en totale contradiction avec la démocratie (semi-)directe, pour qui roulera Pierre Maudet s’il venait à être élu au CF? Déjà qu’avec Didier Burkhalter, nous avons eu un faible pour faire face au colosse (au pieds d’argile espérons-le), avec PM, ce pourrait bien être pire.

    Que penser du billet de Monsieur Bonard sur les blogs de la TdG qui nous relate un cas de « double nationalité », mais comparaison n’est pas raison.

    http://claudebonard.blog.tdg.ch/archive/2017/08/08/ulrich-ochsenbein-conseiller-federal-en-suisse-general-en-france-et-binatio.html

  9. Posté par Marcassin le

    Je pense qu’il devrait plutôt rendre son passeport suisse et rejoindre le gouvernement Macron.

  10. Posté par Gaston Siebesiech le

    De Quatro et Maudet ne rentre pas en compte, pas de demi Suisse il faut choisir. Un peu de respect M et Mme. La même chose pour Moret soit elle est socialo, soit elle est de droite.

  11. Posté par Cécile le

    Encore une personne entre deux cultures. Pourquoi garder la nationalité française? Quel avantage ont ils? Ils votent dans les deux pays?

  12. Posté par Peter Bishop le

    C’est pas ‘si il est élu’, il l’est deja donc il devrait y renoncer. Et puis au fond, il faudrait interdire la double nationalité pour tout job etatique (élus, fonctionnaires, etc…) !!!

  13. Posté par Anne le

    Il n’y renonce pas du tout, il le met simplement de côté. Quel hypocrite!

  14. Posté par Blocus le

    Pierre Maudet, un arriviste sans ‘foi’.

    « J’ai reçu la nationalité française à ma naissance sans l’avoir demandée. (…) Si je devais être nommé conseiller fédéral (ministre), après une discussion collégiale, je pourrais rendre mon passeport français, quitte à le reprendre à la fin de mon mandat« , a déclaré l’élu genevois de 39 ans, cité par la Tribune de Genève et considéré comme une étoile montante de la scène politique suisse.
    […]
    Quelque 900.000 Suisses ont une double nationalité, et selon l’élu franco-suisse, celle-ci « ne fait pas de moi, ni des quelque 900.000 Suisses qui sont dans le même cas, des citoyens de seconde zone ».

    Petit rappel à l’arriviste Maudet :
    ‘La patrie est, comme le disait Fustel de Coulanges, « une communauté d’idées, d’intérêts, d’affections, de souvenirs et d’espérances ».’

    Monsieur Maudet, vous n’êtes pas un citoyen de seconde zone, vous êtes tout simplement un arriviste pour qui le patriotisme n’existe pas … à moins que cela l’arrange à l’occasion.

    Vous n’êtes pas un patriote français (même pas à 50% car cela n’est pas possible), ni un patriote suisse mais vous êtes un arriviste à 300%.

    Le patriotisme NE S’OUBLIE PAS (grand bêta de Pierre Maudet, même si on a rendu son passeport ah, ah, ah !).

    Le fait que vous puissiez croire que le fait de « rendre votre passeport français » change quoique ce soit en dit long sur votre patriotisme (français et/ou suisse, peu importe) et sur l’estime que vous portez à la capacité de discernement des Suisses.

  15. Posté par leone le

    @UnOurs
    C’est si bien formulé. Il se dévoile en disant qu’il pourrait le récupérer à la fin de son mandat, quel nul.

  16. Posté par Loulou le

    Donc Le Français Maudet resterait Français. Et s’empresserait de récupérer son passeport français après avoir fait mumuse. Quelle mascarade ridicule!

  17. Posté par UnOurs le

    Un politicien qui considère un fait identitaire et politique fondamental au même niveau qu’un abonnement dans un fitness ou une carte Cumulus, voilà qui dit tout du candidat Maudet!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.