D’amour et de paix.

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national
peace-and-love

Hier dimanche 09 juillet, on apprenait dans la Sonntags­Zeitung qu'un imam prêchant au sein de la fameuse mosquée An'Nur de Winterthur aurait tenté de provoquer un attentat kamikaze au Liban. L'homme est vraiment un bon type. Requérant d'asile depuis 20 ans maintenant en Thurgovie, le personnage s'est fait d'emblée remarquer en arrivant en Suisse, commettant une nuée de petits délits avant de verser dans l'extrémisme. Ses prêches avaient fini par choquer certains musulmans qui l'avaient chassé de leur mosquée avant que celui-ci ne trouve refuge à An'Nur, abcès purulant pourtant toléré par les autorités dont la veulerie n'est plus à démontrer. Finalement, l'endroit a dû fermer ses portes non pas parce que les pouvoirs publics avaient décidé de mettre fins aux appels à la haine et au meurtre qui résonnaient le plus souvent dans ses murs mais bien parce que le bailleur a eu vent de la mauvaise réputation des lieux et a choisi de ne pas renouveler le bail. Il est vrai qu'on y avait arrêté un imam appelant au massacre des musulmans non pratiquants et une dizaine de fidèles pour faits de violence. D'amour et de paix, qu'ils disaient.

Aujourd'hui, cette fripouille fait donc de nouveau parler de lui. Après avoir divorcé de sa première épouse suite à quelques coups et menaces de mort bien dans la droite ligne des préceptes qu'il enseigne, l'homme s'est remarié avec une jeune femme qui vient d'être arrêtée au Liban alors qu'elle s'apprêtait à commettre un attentat suicide. Selon le journal dominical, c'est son mari qui l'aurait poussée à passer à l'acte. Ce nouvel éclairage au sujet de l'islamisme en Suisse est très intéressant.

Tout d'abord, on constate que la mosquée An'Nur a pu répandre son venin sans grand tracas alors que son caractère radical voire plus était largement connu. Le procureur de la Confédération a d'ailleurs fait savoir que l'imam en question faisait l'objet d'une enquête bien avant cette affaire, ce qui confirme que le comportement du personnage était connu. La précision du Ministère public met aussi en évidence l'incurie de l'organe en question dont les enquêtes font preuve d'une indigente inefficacité.

Ensuite, force est de constater que la délicatesse dont les autorités ont fait preuve vis-à-vis de ce nid de vipères qu'était An'Nur aurait permis à l'institution de poursuivre ses activités extrémistes si les propriétaires des lieux n'avaient pas décidé de mettre un terme au bail qui les liait aux islamistes. Ces derniers vont bien comprendre le message. Comme les pouvoirs publics sont incapables de fermer ces usines à terroristes, il suffit d'être propriétaires pour éviter tout tracas. Les fonds inépuisables des monarchies pétrolières devraient suffire à mettre durablement les fous d'Allah à l'abris de petits soucis locatifs.

On relève également que lorsque quelqu'un veut bien soulever un peu le tapis, bien des choses peu reluisantes sont tout-à-coup révélées au grand jour. Alors que le terrorisme d'Allah endeuillait un peu partout sur la planète, autorités politiques et judiciaires nous expliquaient doctement que la Suisse était épargnée par le phénomène mais qu'il fallait néanmoins rester vigilant. En fait, notre pays n'est pas moins gangréné que les autres, il ne constitue simplement pas une cible mais une base de repli. Il serait pour le moins ingrat de la part des terroristes de s'en prendre à l'oasis bienveillante que constitue notre pays.

A force de regarder ailleurs, de faire preuve de mansuétude envers les égorgeurs en partance ou de retour, notre pays donne raison à Churchill qui disait d'un conciliateur que c'est une personne qui nourrit un crocodile en espérant qu'il sera le dernier à être mangé. Le jour où le crocodile en question se retournera contre nous, nous la sentirons passer. L'animal sera vigoureux car bien gavé.

 

La Côte-aux-Fées, le 10 juillet 2017                                             Yvan Perrin

12 commentaires

  1. Posté par pepiou le

    Triste pays que celui dont l’arsenal légal tent à criminaliser les automobilistes délinquant et à absoudre les criminels de tous délits.

  2. Posté par leone le

    Cher Jerry Jack ne jetez pas le bébé avec l’eau du bain. Qu’adviendrait-il si tous les politiciens UDC étaient virés? Yvan Perrin que j’apprécie beaucoup comme vous n’est pas le seul à faire du bon boulot de ce côté de l’échiquier politique. Bien heureusement sinon il n’y aurait plus qu’à aller se pendre.

  3. Posté par LAMBERT le

    Ces cellules cancéreuses que constituent les mosquées doivent être traitées comme leurs imams : traitement radical (fermetures, internements en psychiatrie sacrement du diable, qui anime l’Islam). Le cancer chez les humains n’est pas une maladie contagieuse mais chez les islamistes oui car inoculé par les imams la plupart d’ailleurs auto-proclamés !

  4. Posté par Jerry Jack le

    Cher Yvan Perrin, j’aime beaucoup lire vos billets. Votre style est inimitable, votre langue, parfaite, vos observations sont des plus pertinentes. Je ne suis pas étonné que votre carrière politique se soit terminée comme on le sait; vous êtes beaucoup trop bon pour la bande d’imbéciles qui y gravite. Vous n’avez plus à jeter de perles aux pourceaux; loin de cette fange puante vous pouvez maintenant déployer tous vos talents. Continuez, nous vous soutenons à fond.

  5. Posté par Vengeur le

    Mettez le chez Sommaruga donnez lui de quoi se défouler…et observez….

  6. Posté par Alain le

    Merci M. Perrin pour votre excellent article.
    Cela nous inquiète au plus haut point !
    Nos autorités sont bien aveugles.
    Mais que font nos UDC à Berne ?

  7. Posté par Peter K le

    20 ans a payer ce salopard islamiste a pouvoir repandre sa diarhée mentale, jamais travailler et en plus a commis des delits…on est en plein delir! Chaque demandeur d’asile doit etre expulser lors de son premier delit, peut importe lequel, ou si soi disant pas possible, internement jusqu’a qu’il se decide a partir par lui meme, apres avoir payer tous ses frais, bien sur. Faut que vous vous bougier a l’udc, car le peuple va pas attendre longtemps avant de prendre des solutions plus radicales!

  8. Posté par Sergio le

    Mon pays la Suisse est capable du meilleur comme du pire. Siège de la Croix rouge, nous avons été d’un grand secours pour les personnes persécutées. Notre neutralité a offert ses bons offices lors de beaucoup de guerres. Nous n’avons jamais eu de colonie, mais les rois et les truands du monde entier ont trouvé chez nous protection et compréhension. La masse des réfugiés, polonais, boat people ou le Sri-lankais, faisaient bon ménage avec la racaille VIP. Les nains de bureau que nous avons mis au pouvoir en Europe ont commis quelques erreurs géopolitiques. Ajouter à cela le lavage de cerveau à la sauce socialiste. Le mélange obtenu est détonnant : une population de sidérés apathiques devant l’envahisseur musulman. Que faut-il faire ? La guerre ? Qui est l’ennemi ? Nos égorgeurs ou ceux qui vont les chercher ?

  9. Posté par Yvan Perrin le

    Bussy@ Non, il ne sera pas expulsé compte tenu du fait qu’il court quelque risque dans son pays. Nous aurons ainsi le plaisir de l’entretenir à vie, lui laissant tout loisir de travailler à notre extermination.

  10. Posté par Bussy le

    Rassurez-moi, on va l’expulser de Suisse à vie ou bien les Suisses vont devoir continuer à lui payer ses allocations, à vie également ?

  11. Posté par Christian Hofer le

    Et le fait qu’il soit à notre charge en tant que « réfugié » durant 20 ans alors qu’il représente une menace pour notre population ne gêne pas trop la pécore socialiste du Conseil fédéral?

    C’est donc cela l’application de l’expulsion des criminels étrangers? Pour rappel, elle nous promettait, avant la deuxième votation bien sûr, que les expulsions seraient exécutées en cas de menace. Ce n’était pas assez menaçant?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.